Collectif OS'O

Pavillon noir

HISTOIRE D’UNE RENCONTRE AVEC LE COLLECTIF OS’O  
ARTISTES ASSOCIES AU GALLIA …

 

Il est difficile d’écrire sur une rencontre en train de se faire, car nous avançons pas à pas les uns avec les autres. Si le temps et le recul sont nécessaires, nous pouvons déjà néanmoins vous raconter comment tout cela a commencé...  
Le 7 janvier 2015, une date qui ne s’oublie pas (alors que nous ne savions rien encore de la tragédie des attentats en train de se produire au journal Charlie Hebdo), Edouard et moi avions rendez-vous avec le collectif OS’O pour la première fois. Nous nous attendions à recevoir le directeur artistique et l’administratrice (comme souvent en pareille circonstance)… Ils sont venus à 7 !  Soient 5 acteurs/actrices : Baptiste Girard, Bess Davies, Mathieu Ehrhard, Roxane Brumachon et Tom Linton accompagnés de leurs administratrices de production et de diffusion Fabienne Signat et Emmanuelle Paoletti. Mon bureau n’était pas assez grand pour loger tout ce monde. Nous nous sommes donc installés dans notre petite cuisine de l’époque autour d’un café. L’échange a été joyeux, riche et productif. La cuisine ! Bel endroit pour une rencontre ! Je n’avais pratiquement rien vu encore de leur travail si ce n’est une vague ébauche filmée de leur travail pendant les prémices de Timon/Titus au Carré de St Médard en Jalles mais qui laissait déjà entrevoir leur capacité d’invention.

 

OS’O, vient de la formule « On s’Organise ». Il n’y a pas une seule tête pensante, ils sont 5 à penser, à prendre les décisions, à les organiser et à partager une vision commune du théâtre… Leur engagement est authentique, généreux et joyeux. Ils se sont rencontrés à Bordeaux à l’ESTBA (Ecole Supérieure de Théâtre Bordeaux Aquitaine) pendant trois ans sous la direction de Dominique Pitoiset. A l’issue de l’école, en 2011, « ce club des 5 » décide de créer leur Collectif, pour faire du théâtre autrement en partageant une même vision celle où l’acteur est au centre de l’écriture théâtrale. Ils créent de ce fait une relation singulière avec le public. Ils aiment la contrainte et la recherche les stimule …
 

Pour débuter leur aventure artistique collective, ils décident d’aborder un roman de Zola, l’Assommoir, un pari insensé mais qu’ils osent et qu’ils réussissent. A partir d’improvisations et du texte original, ils parviennent à nous entraîner dans l’histoire de Gervaise, dans une double narration. Plus on avance dans le récit, plus on entre dans l’écriture de Zola… On rit beaucoup au début et on termine presque en larmes. Notre relation a débuté avec ce spectacle au Gallia, c’était en décembre 2015.

 

En 2014, ils réinvitent David Czesienski, jeune metteur en scène berlinois à collaborer avec eux sur Timon/Titus. Ce spectacle a été lauréat du prix du jury et du public du Festival Impatience en juin 2015, (organisé par le Centquatre à Paris, le Théâtre National de la Colline, le Théâtre du Rondpoint et Télérama). Un spectacle qui pose la question : « doit-on payer ses dettes ? » autour des deux pièces Timon d’Athènes et Titus Andronicus de Shakespeare ainsi qu’autour de l’essai de l’anthropologue David Graeber Dette 5 000 ans d’Histoire… Cette aventure théâtrale a aussi été partagée avec le public de Saintes en 2016…
Puis la saison dernière, nous avons accompagné leur production Mon prof est un troll, un spectacle conçu pour être joué partout et qui s’adresse à la jeunesse avec un texte de l’auteur anglais Dennis Kelly où l’humour terrasse la barbarie.

 

De rives en rives, nous allons poursuivre l’aventure en nous associant à cet équipage sur une durée de 3 ans. Nous allons naviguer et explorer avec lui des voies de traverses dans un accompagnement au mieux de nos moyens, au plus près de leurs préoccupations artistiques en favorisant des moments de rencontres avec vous cher public…
Notre engagement à leurs côtés se concrétisera pour cette saison par un accueil en résidence de 3 semaines du 3 au 20 janvier à Saintes à l’issue de laquelle ils présenteront leur prochaine création PAVILLON NOIR dont le Gallia Théâtre est aussi coproducteur. Pour cette production, ils se sont eux-mêmes associés à un autre collectif artistique Traverse constitué d’auteurs. Ce sont  donc 7 auteurs pour 7 comédiens qui travailleront à partir d’une recherche très  documentée sur la piraterie contemporaine. Aux océans du XVIIème siècle se substituent aujourd’hui une mer sans fond : celle de la toile numérique pour le meilleur et pour le pire. Nouveau lieu pour de nouvelles guerres ou de nouvelles résistances ? La toile numérique, un outil au service d’une surveillance de masse, d’un assujettissement de l’humain ou d’une émancipation de l’homme ? Telles sont les questions que posera ce nouveau spectacle de ce drôle d’équipage.
Et nous vous invitons vivement à hisser le Pavillon Noir avec nous pour un abordage prévu en janvier prochain à Saintes.

 

Dominique SARAH


Lien vers site   http://www.collectifoso.com/

 

COLLECTIF TRAVERSE

 


Collectif jeunes autrices / jeunes auteurs
Ils sont sept jeunes auteurs de théâtre. Trois autrices et quatre auteurs. Ils ont entre trente et trente-quatre ans et ils ont tous été formés dans des écoles supérieures de théâtre : ENSATT, Conservatoire de Rouen, École du Jeu, Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique, École du Théâtre National de Strasbourg, École de la Comédie de Saint-Étienne.
Leur travail d'auteur se définit en grande partie par l'apport et le rapport qu’ils entretiennent avec la pratique théâtrale proprement dite : avec le jeu, avec le plateau. Ils se sont rencontrés en janvier 2015, à la Chartreuse-CNES, où chacun d’entre eux se trouvait en résidence d'écriture. Dans ce lieu privilégié, une émulation intellectuelle s'est créée, des affinités artistiques et humaines spontanées se sont formées. Ils ont pu constater combien il était rare et précieux d'être ainsi rassemblés et d’échanger, combien il était stimulant de rompre la solitude inhérente à l'écriture. C'est avec le vif désir de poursuivre le fructueux dialogue entamé à la Chartreuse-CNES et afin de ne pas voir se dissoudre cette communauté temporaire qu’ils ont décidé de se fédérer. Ils souhaitent être un collectif comme un "groupe d'action", une véritable "troupe d'auteurs": active et ludique aux prises avec les questions de leur temps et de leur génération - comme le firent, à leur manière, leurs aînés de la "Coopérative d'écritures".   Le collectif se donne pour vocation de mener une réflexion EN ACTES et dans les théâtres autour de la question de la place des auteurs et de la littérature dans le paysage artistique contemporain. Réfléchir et infléchir le rôle des auteurs dans la création actuelle.


PAVILLON NOIR