achetez vos places !Coup de
coeur
spectacle
du 07 au 08 mars

Tristesse et joie dans la vie des girafes

Tiago Rodrigues / Thomas Quillardet

achetez vos places ! achetez vos places !

| THÉÂTRE |

 

| JEUNE PUBLIC |

Girafe, petite fille de 9 ans surnommée ainsi car elle est très grande pour son âge, a besoin d'argent pour payer Discovery Channel et préparer son exposé sur la vie des girafes. Son père, comédien au chômage, n'a pas les moyens de lui payer l'abonnement, et sa mère est décédée.


Telle Candide ou Alice, elle fugue avec son ours en peluche suicidaire, Judy Garland, et nous emmène de balades en rencontres plus ou moins fantastiques dans une Lisbonne en crise, jusque dans le bureau du premier ministre Passos Coelho.


Un conte initiatique moderne qui aborde un sujet peu traité au théâtre : la violence, pour les enfants, des situations engendrées par la crise financière et économique. Ce spectacle poétique et drôle s’adresse à la part mature de l’enfance.

 

Le texte Tristesse et joie dans la vie des girafes est publié aux éditions Les Solitaires Intempestifs.

 

Distribution

De Tiago Rodrigues Traduction du portugais et mise en scène par Thomas Quillardet Avec Maloue Fourdrinier, Marc Berman Christophe Garcia, Jean‐Toussaint Bernard Assistante à la mise en scène Claire Guièze Scénographie lumineuse Sylvie Mélis Scénographie Lisa Navarro Construction Philippe Gauliard Création costumes Frédéric Gigout Régie générale Titouan Lechevalier Régie son Damien Rottier Régie lumière Lauriane Duvignaud ou Benjamin Duprat

Production / Coproduction

Production 8 avril Coproduction Le Théâtre - scène nationale de Saint Nazaire ; Festival d’Avignon ; Théâtre Paul Eluard - Choisy-le-Roi, scène conventionnée pour la diversité linguistique ; Théâtre Jean Arp - Clamart ; Festival Terres de Paroles ; Le Trident -  scène nationale de Cherbourg-en-Cotentin, La Coupe d’Or – Rochefort Soutien ministère de la Culture - DRAC Ile-de-France ; Mairie de Paris ; Région Ile-de-France ; CNT. Texte traduit à l’initiative de France Culture, avec le soutien de la Maison Antoine Vitez, centre international de la traduction théâtrale Avec l’aide du T2G - Théâtre de Gennevilliers et de Humain trop humain - Centre dramatique national de Montpellier

Crédits photos

Pierre Grosbois