CRÉATION - DÉCOUVERTE
spectacle
Jeudi 26 novembre 20h

Seul ce qui brûle

Christiane Singer - Julie Delille

achetez vos places ! achetez vos places !

THÉÂTRE 

 

Spectacle coproduit par Le Gallia

 

Sigismund, Seigneur d’Ehrenburg et sa jeune épouse Albe s’aiment d’un amour passionnel qui ne semble pas avoir de limite. Mais prisonnier d’un amour possessif et dépendant, Sigismund précipite sa propre chute dans cette passion brûlante. Fait-il lui-même le nid de la jalousie qui le dévore ? Est-ce l’inévitable point de basculement d’une trop grande ferveur ? Accusant Albe d’adultère, il la condamne à subir un horrible châtiment qu’il souhaite, dans sa colère, au-delà de la mort.


Librement inspiré de l’Heptaméron de Marguerite de Navarre, Seul ce qui brûle est un conte troublant que l’autrice Christiane Singer situe à la toute fin du Moyen-Âge. La musicalité de la langue dans une mise en scène ciselée tient une place prépondérante pour décrire la transformation de ces deux êtres jusqu’à la transcendance.


Julie Delille sera de nouveau accueillie au Gallia en février prochain avec un autre de ses spectacles, Je suis la bête, dont elle sera l’unique interprète.

 

Seul ce qui brûle est édité chez Albin Michel 2006

 

Distribution

TEXTE Christiane Singer

ADAPTATION Chantal de la Coste, Julie Delille

MISE EN SCÈNE Julie Delille

AVEC Laurent Desponds, Lyn Thibault

SCÉNOGRAPHIE, COSTUMES Chantal de la Coste

CRÉATION LUMIÈRE Elsa Revol

CRÉATION SONORE Julien Lepreux

DÉCOR Ateliers de construction Maison de la Culture – Scène nationale de Bourges

Production / Coproduction

PRODUCTION Théâtre des trois Parques COPRODUCTION MCB° - Scène nationale de Bourges ; Equinoxe - Scène nationale de Châteauroux ; Théâtre de l’Union – CDN de Limoges ; Le Gallia Théâtre, scène conventionnée d’intérêt national – art et création – de Saintes ; Théâtre de Chartres ; Printemps des Comédiens - Montpellier ; CDN d’Orléans SOUTIEN Théâtre du Bois de l’Aune - Aix-en-Provence ; Abbaye de Noirlac - Centre culturel de rencontre ; CENTQUATRE-Paris.

Crédits photos

Yannick Pirot